IN SAUNA VERITAS

Quand j’ai fondé la société Nordique France au début des années 70, le bain de sauna était une pratique quasiment inconnue en France. De plus, il souffrait d’une mauvaise image due au manque d’informations sur la pratique et les bienfaits du sauna dans les médias, ainsi que par le corps médical français…

Origines du sauna

Depuis de nombreuses civilisations, les bains de chaleur humide ont été utilisés, d’une part pour leurs vertus médicales, hygiéniques et thérapeutiques incontestables, mais aussi pour le bien-être qu’ils procurent. Ces bains dans les pays nordiques se sont petit à petit transformés en bain de chaleur sèche plus proche de ce qu’on appelle aujourd’hui le sauna. En effet, les peuples du nord ne disposaient pas de marbre mais le bois était abondant. La rigueur du climat modifia naturellement le paramètre de température ; une chaleur plus intense était nécessaire.

Ce sont les Finlandais qui améliorèrent le concept de sauna, il y a plus de 2000 ans, en inventant la première cabine sauna faite exclusivement de troncs d’arbres et d’une cheminée évacuant la fumée. Il était même courant, jusqu’à la fin du XIXe siècle d’y voir des naissances se dérouler, car le sauna était considéré comme la pièce la plus propre de la maison.

Aujourd’hui encore, le sauna fait partie intégrante de la vie des Finlandais car, pour 4,5 millions d’habitants, il y a environ le même nombre de saunas que de voitures !

Mais c’est surtout un endroit qui nécessite une prédisposition au calme et à la détente. Traditionnellement, on se rend dans un sauna pour se ressourcer et se relaxer, physiquement et spirituellement. On reste assis ou allongé, la plupart du temps dans un silence presque religieux. Un proverbe nordique dit d’ailleurs qu’ « on doit se comporter dans un sauna comme dans une église ! »

Et si cette « cabane à chaleur » s’appelle « sauna » ce n’est autre que parce que cela signifie « la suée » en finnois. De plus, « Bastu » en suédois signifie « chalet de bain ». Ces deux noms sont parfaitement adéquats car le but même du sauna est de transpirer, afin d’éliminer les résidus inutiles de notre corps, les toxines. La sueur emmène avec elle ces fameux déchets qui peuvent être nocifs pour la santé.

Si le marché du sauna est aujourd’hui un secteur en expansion, son développement a longtemps été freiné par le manque de connaissances concernant son utilisation, ses bienfaits et ses éventuelles contre-indications : il faut arrêter de dire que le sauna entraîne des problèmes cardiaques, et surtout cesser de croire les a priori de gens qui ne connaissent pas et n’ont pas étudié la question, car de nombreuses études ont démontré le contraire. (Lire par exemple « retrouver et conserver sa santé par le sauna » de A. Rousseaux, sans doute l’ouvrage le plus complet sur le sujet). De plus, les conseils d’utilisations des saunas n’étaient que rarement respectés, à cause d’un manque d’informations et d’encadrement dans les établissements publics.

Autrefois produit peu connu, le sauna a gagné du terrain et est désormais rentré peu à peu dans les mœurs. Il est aujourd’hui perçu comme un produit tendance et « wellness » qui rentre de plus en plus dans nos salles de bains, et nous sommes bien loin de la cabine de sauna en bois massif, rustique, souvent située en bordure de forêt à proximité d’un lac.

Elles sont aujourd’hui construites dans des essences de bois diverses, en lambris Epicéa, Aulne, Hemlock ou Tremble…Les formes sont souvent arrondies et complétées de portes ou de parois vitrées pour créer des saunas plus raffinés et design. Le sauna est désormais un produit de plus en plus apprécié et indispensable dans les hôtels, les clubs de sport et les piscines municipales.

Le pôele de Sauna

Le poêle est le cœur du sauna car c’est lui qui va déterminer la température et le bon climat à l’intérieur de la cabine. Il est livré avec des pierres volcaniques, et sa puissance doit être proportionnelle au volume à chauffer.

Il existe aujourd’hui deux manières de chauffer un sauna :

  • à l’aide d’un poêle électrique
  • grâce à un fourneau à bois

Pour un poêle électrique classique, il faut compter 1 kW par mètre cube à chauffer, afin d’obtenir rapidement une température idéale entre 80 et 85 degrés. Le poêle est piloté par un tableau de commande intégré au poêle ou déporté à l’extérieur de la cabine, souvent dans un local technique (pour les saunas publics). Depuis une dizaine d’années, le poêle combi inventé par Tylö permet de varier entre un sauna classique (sec), et un sauna humide (Tylarium) avec une température moins élevée mais une humidité beaucoup plus importante (entre 50 et 60 %).

Le sauna humide permet aux utilisateurs peu accoutumés à la chaleur du sauna, de se détendre dans une température moins élevée (55 à 65 °C) et dans une atmosphère plus proche de celle du hammam que du vrai sauna, dont la chaleur est nettement plus sèche.

Le fourneau à bois est à utiliser exclusivement dans des saunas extérieurs sous forme de «chalets saunas», où le sauna est chauffé par des bûches de bois et dont la fumée est obligatoirement évacuée par une cheminée.

Ce type de chauffage donne un climat extraordinairement agréable à l’intérieur du sauna, mais l’inconvénient principal est que le temps de chauffe est très long (souvent compter jusqu’à deux heures de préchauffe).

Comment prendre un bain de sauna ?

Si l’on pose cette question aux nordiques, on peut obtenir des dizaines de réponses différentes.

  • Dans le passé, on utilisait le sauna plutôt en fin de semaine (de préférence le samedi). On entre dans une cabine, chauffée généralement entre 80 et 85 °C et on y reste assis ou allongé sur une serviette aussi longtemps que l’on trouve cela agréable.
  • En moyenne, 10 à 15 minutes suffisent, mais il faut surtout savoir écouter son corps.
  • Ne jamais se sentir obligé de rester dans un sauna pour « être dans les temps ».
  • Enfin, ne jamais aller dans un sauna après un repas copieux ou après avoir consommé de l’alcool.
  • Après la séance de sauna, prendre une douche tiède ou froide, mais il n’est pas nécessaire de se savonner car la sueur ne contient pas de corps gras.
  • Il est toujours bon de se reposer après une séance de sauna, pour une durée moyenne de 15 minutes dans un endroit tranquille en position allongée sur une chaise longue, ou sur un lit.
  • Vous pouvez ensuite faire un deuxième voire un troisième passage à votre gré.

 

 

Personne ne peut certifier que l’utilisation régulière du sauna fait vivre plus longtemps, mais ce qui est sûr en revanche, c’est que celui qui et le pratiquera souvent, se sentira en meilleure forme tout au long de sa vie !

 

Erik von Kantzow
PDG et Fondateur de Nordique France